Le jeu vidéo et les Industries Culturelles et Créatives...

... des leviers pour favoriser la transition numérique des secteurs traditionnels de l’économie

 

Un marché mondial en forte croissance

Loin de se résumer à un simple loisir pour geeks, l’industrie du jeu vidéo génère désormais un chiffre d’affaire mondial annuel de 100 milliards de dollars (soit près de deux fois et demi de plus que celui du cinéma) [1]. Elle a de plus été capable d’absorber ces dernières décennies de nombreuses technologies provenant d’autres filières : c’est le cas de la caméra Kinect pour la reconnaissance de mouvement, de l’inclinomètre et l’accéléromètre dans la console Wii, de l’intelligence artificielle pour jouer contre la console, des objets connectés avec les smart toys (le jeu Skylanders), des blockchains pour se souvenir des actions de chaque joueur, des technologies holographiques (en cours de développement)...

Avec un taux de croissance mondial du chiffre d’affaire [2] de 10,7% entre 2016 et 2017, le jeu vidéo [3] est un marché dynamique en forte croissance : la France représente le troisième marché européen derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Les taux de croissance en Europe restent importants mais très variés selon les pays : 7,4% en Allemagne, 4% en France, 3,5% au Royaume-Uni… Elle est la deuxième industrie du divertissement en France juste derrière le livre et 1.300 nouvelles créations d’emplois sont attendues pour 2018.

 

Un contexte régional très favorable pour l’industrie du jeu vidéo

Sur les 52.500 emplois dans le secteur du numérique en Occitanie, 600 concernent directement le jeu vidéo (2017). Au niveau national, l’ex-LR se place dans le peloton de tête : quatrième en termes de nombre d’entreprises (88), troisième pour le nombre d’entreprises de développement (47). La structure des entreprises est très diversifiée avec la présence du géant mondial Ubisoft, une vingtaine de structures moyennes et beaucoup de micro-entreprises (une caractéristique de ce secteur).

Les formations montpelliéraines sont de grande qualité, dispensées par plusieurs écoles privées et formations universitaires : dans le palmarès 2017 des écoles de jeux vidéo, parmi les 24 meilleures écoles nationales, quatre sont implantées à Montpellier et une à Nîmes. Ce palmarès désigne notamment le master Jeu Vidéo que propose l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 comme meilleure formation régionale (elle est au 13ème rang national et au 3ème parmi les formations publiques).

 

Des transferts technologiques des jeux vidéo vers les autres secteurs

Dans un contexte de transformation numérique du territoire, l’industrie du jeu vidéo – comme tout autre secteur issu des Industries Culturelles et Créatives (ICC) – a donc un rôle primordial à jouer en apportant ses compétences et son savoir-faire en termes de transferts technologiques, pour favoriser la transition numérique des secteurs traditionnels de l’économie régionale. En gamifiant les produits et les services, le jeu vidéo  peut être un levier pour le développement économique régional et local car ces technologies sont appelées à modifier profondément l’économie, le territoire et les emplois pour les deux prochaines décennies :  l’intelligence artificielle, la 3D, les réalités virtuelles, augmentées et mixtes, les images de synthèse, les blockchains, l’e-learning, les réseaux basse fréquence, l’internet des objets, l’expérience utilisateur (UX Design, Design de service, User Interface Design, Design Thinking, Lean Design)…

Les secteurs comme la culture, le tourisme et le patrimoine font notamment appel à ces nouvelles technologies et nouveaux usages numériques issues du jeu vidéo pour animer leurs manifestations ou valoriser leurs collections ou sites. Voici quelques exemples

 

[1] Sources : IDATE (2018)

[2] Chiffre d’affaires issu de la vente des jeu vidéo, matériel exclu

[3] Sources : Conseil Régional Occitanie (2017), Baromètre annuel du jeu vidéo (4ème édition, 2017), Midi Libre (janvier 2018), syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (2018), IDATE (2018)

 

Pour en savoir plus :

Une quinzaine de secteurs vont être très prochainement impactés avec cette transition numérique

Qu’appelle-t-on une « innovation » ?

Les projets proposés par les acteurs régionaux lors du challenge 2017-18

 

Logo TNT
Logo UPV et partenaires